Épuration par les plantes : la solution efficace et paysagère par Moncorgé

Chez Moncorge, entreprise de paysage, ont développe depuis une petite dizaine d’années la phytoépuration. Une solution performante née d’un partenariat avec le réseau Aquatiris.

 

La phytoépuration est un procédé naturel de traitement des eaux usées, par les plantes et plus spécifiquement grâce aux bactéries cachées dans le système racinaire des plantes dites épuratrices. Le procédé est bien sûr écologique, sans odeurs et très esthétique. « On connaît ce système chez les particuliers depuis une petite trentaine d’années, mais cela fait une quinzaine d’années que cette filière d’épuration écologique fait partie des filières dites règlementaires », explique Rodolphe Lachize, chargé de projet création de jardins et phytoépuration au sein de l’entreprise Moncorge.

 

Si au départ il s’agissait d’un trou avec des plantes aquatiques et du sable pour filtrer avant de rejeter les eaux ainsi traitées, la phytoépuration a depuis fait de très gros progrès. Le principe général est le suivant : on va collecter les eaux usées pour les conduire vers un filtre à sable planté avec des roseaux (on parle de système de filtration vertical), avant de rejeter les eaux traitées dans une tranchée d’infiltration. A cela, on peut ajouter un second filtre (dit horizontal) qui va permettre d’affiner le traitement des eaux : seront placés en terre d’autres plantes aquatiques que le roseau, et des galets.

L’entreprise Moncorge a, pour sa part, choisi de nouer un solide partenariat avec Aquatiris, aujourd’hui premier réseau national en phytoépuration. Outre le fait de jouer le rôle d’appui technique en termes d’analyse du terrain pour la mise en place de la filière de phytoépuration, Aquatiris a imaginé un système spécifique dans le but d’améliorer la qualité de filtration de l’eau.

 

« Nous séparons le premier filtre de roseaux en deux parties vers lesquelles les eaux usées sont orientées alternativement, une semaine sur deux, grâce à un petit répartiteur. L’intérêt est que les roseaux traitent mieux la matière lorsqu’ils bénéficient d’une période de pause. L’eau filtrée est ensuite récupérée pour être envoyée vers la tranchée d’infiltration que nous avons décidé de planter de saules. Ces arbres permettent d’absorber l’excédent d’eau », détaille Rodolphe Lachize.

L’intérêt de la phytoépuration est bien entendu de remplacer la fosse septique ou la micro-station par un système écologique qui s’intègre parfaitement dans l’environnement. Mais au-delà des arguments d’ordre esthétique ou écologique, Rodolphe Lachize précise également que ce type de filière d’assainissement s’inscrit dans la durée, nécessite très peu d’entretien (pas de vidange contrairement à une fosse ou à une micro-station), ne produit aucune odeur et fonctionne en totale autonomie. C’est, en outre, sur la durée le système le plus économique.

 

D’ailleurs de plus en plus de français l’ont compris car la phytoépuration est une technique en plein essor et les spanc acceptent désormais très bien l’implantation de ce type de filière qui devient un élément paysage d’un terrain. A ce propos, la phytoépuration a aussi l’avantage de ne nécessiter que très peu de surface et son installation est possible, selon Rodolphe Lachize, dans 90 à 95 % des cas.

 
Moncorgé
créateur de jardins

53 Rue Jean Jaurès, 

42190 Charlieu

04 77 60 04 24

moncorge.fr

PARTAGE :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous aimerez aussi

Plus que jamais, le jardin est une pièce de la maison
Lapeyre, la qualité réservée à tous
Votre terrasse en voit de toutes les couleurs
Quand cuisine et décoration vont de pair
Bientôt… des maisons imprimées en 3D
Un jardin se pense en termes de fonctionnalités
previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
Slider
0
N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x