5 astuces pour optimiser l’eau au jardin

Optimiser la gestion de l’eau au jardin aura rarement été un enjeu aussi fort.

Alors que le printemps n’était pas encore arrivé, les pouvoirs publics annonçaient déjà des restrictions d’eau dans certains départements en raison des faibles pluies tombées dans le courant de l’hiver. Alors pour être écologiquement et économiquement responsable, voici un certain nombre d’idées pour améliorer l’utilisation de l’eau dans votre jardin.

1 – Choisir des végétaux peu consommateurs d’eau


Au moment où l’on réfléchit aux plantations, peut-être serait-il judicieux de s’interroger sur les choix à faire en fonction des besoins en eau. Pour raisonner simplement, on peut dire que toutes les plantes qui évoquent le sud (plantes grasses, palmier et ses dérivés…) sont des plantes peu gourmandes en eau ; et qui désormais sont également adaptées à nos latitudes compte tenu de la montée des températures, hivernales notamment.
On peut aussi faire le tri parmi les plantes endémiques dont on constate avec le temps qu’elles supportent mal les vagues de chaleur successives : c’est le cas du boulot par exemple, mais également des persistants et des résineux.

Des plantes pour des jardins sans arrosage :
• La lantana
• La marguerite
• La lavande
• La sauge
• La rose du désert
• La sedum
• La verveine
• Le bougainvillier
• L’agave
• Le pourpier

2 – Mettre en place un arrosage goutte à goutte


Le système est simple : il s’agit de délivrer au pied des plantes une petite quantité d’eau pendant un temps plus long afin d’optimiser l’arrosage en termes de consommation d’eau. Il y a en effet moins de pertes (l’arrosage est précis) et l’eau est amenée en suffisance pour que la racine vienne la capter. Le goutte à goutte peut être totalement automatisé.

3 – Pailler pour éviter l’évaporation


En faisant en sorte que le soleil ne vienne plus frapper directement la terre de ses rayons, on va éviter l’évaporation de l’eau contenue dans le sol. Pour ce faire il s’agira de mettre en place un paillage, qui peut être soit végétal soit minéral. Le paillage végétal devra être rechargé régulièrement mais apportera au sol des nutriments. Demandant moins d’entretien dans le temps (mais nécessitant la pose d’un géotextile au préalable), le paillage minéral aura plutôt tendance à asphyxier le sol avec le temps. Dans tous les cas, en plus de préserver l’humidité de vos massifs, vous apporterez un élément décoratif.

4 – Récupérer l’eau de pluie

La récupération de l’eau de pluie est un système simple à mettre en œuvre : il suffit de relier à vos descentes d’eaux pluviales une citerne pour pouvoir ensuite puiser l’eau dont vous avez besoin. Différents gabarits existent. Il suffit de choisir celui adapté à l’espace disponible. Disponibles en différentes couleurs, ces citernes savent aussi se faire discrètes.

5 – Arroser à la fraîche


Le moment choisi pour arroser a aussi son importance. Mieux vaut préférer la fin de journée, à la tombée du jour pour profiter ensuite de la fraîcheur de la nuit et limiter l’évaporation de l’eau.

PARTAGE :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous aimerez aussi

Faire construire sa maison en toute sérénité, Les Maisoniales
Plus qu’une simple enseigne, une philosophie, SJ Agencement
Le vitrage casse les codes
Une ombrière solaire pour recharger sa voiture
Le paysagisme autrement, Cellier Paysages
Location saisonnière : comprendre les règles du meublé touristique
previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
Slider
0
N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x