Agrandir sa maison… 5 alternatives

Déménager n’est pas nécessairement le plus rentable lorsque l’on a besoin de place. Mieux vaut parfois envisager de gagner de l’espace en restant chez soi. 

Cela permet aussi de garder son cadre de vie. Petit tour d’horizon.

Aménager les combles 

Ce qui importe, c’est la surface habitable créée, c’est-à-dire où le plafond est à plus de 1,80 m. Les parties où la hauteur est la plus faible peuvent servir à l’aménagement de placards, ou reste de la surface utilisable au sol dans les chambres d’enfant.

Il faut aussi prendre en compte l’isolation, avec des caractéristiques minimales à atteindre et prévoir la création si besoin d’ouvertures (fenêtres de toit). En prévoyant une occultation pour les chambres.

Il ne faut pas non plus négliger la position de l’escalier : par exemple en le superposant à celui qui existe déjà éventuellement en provenance du sous-sol. Attention à le mettre dans le sens de la pente pour l’échappée de tête en montant. Mieux vaut en outre arriver à l’étage en position centrale, au plus près du faîtage pour faciliter la distribution des pièces.

Aménager les combles en transformant la charpente 

Dans cette hypothèse, il convient de prendre en compte non seulement les éléments évoqués pour l’aménagement de combles sans transformation de charpente mais également remplacer ou modifier la charpente industrielle (ou fermettes) par de nouvelles fermes libérant l’espace.

Il faut faire attention à ce que la nouvelle structure libère effectivement un maximum de surface et que la modification ne se limite pas à la zone centrale sous le faîtage, avec des redressements à 1m de hauteur, avec des jambes de force qui n’optimisent pas le projet. Par ailleurs, au niveau de la structure, le renforcement de la charpente doit être réalisé avec un système de poutres breveté respectant les normes EUROCODE pour le dimensionnement et le calcul des déformations, comme pour une charpente neuve.

Aménager les combles en modifiant la pente de toiture

Les toitures trop plates ne permettent pas d’aménager de l’espace habitable dans les combles. Dans ce cas on peut changer la pente de la toiture et passer d’une pente à 30° ou inférieure à une pente à 40 ou 45°, pour gagner ainsi de la hauteur et ajouter un débord de toiture, pour gagner de la surface. Cela se fait en passant des poutres en plafond du rez-de-chaussée pour recevoir le plancher de l’étage et raccrocher les plafonds du rez-de-chaussée auparavant suspendus à la charpente.

Durant le chantier vous continuez à habiter chez vous. Tout se fait par l’extérieur, en démontant une petite zone de la couverture existante.

Pratiquer une surélévation

C’est une solution assez lourde techniquement puisqu’il va falloir rehausser les murs de la maison et, en même temps, transformer la charpente. Donc ces travaux de transformation de charpente nécessitent des compétences particulières dans la mesure où il faut redimensionner l’ensemble de la nouvelle charpente et veiller à respecter le bon report des nouvelles charges.

Les entreprises réalisant ce type d’ouvrage doivent avoir une assurance décennale spécifique « aménagement et transformation de charpente » qui est différente de l’assurance décennale « charpente traditionnelle ».

Plus complexe et plus coûteuse, c’est également la solution qui permet le meilleur gain de surface habitable lorsqu’on choisit d’agrandir sa maison par le haut. Et que l’on ne dispose pas nécessairement du terrain disponible nécessaire pour réaliser une extension.

Créer une extension

Comme tout projet d’envergure, la réalisation d’une extension nécessite de bien réfléchir au programme de votre projet : 

Quelle surface ? pour quel usage ? avec quelles liaisons vers l’existant ? quelles caractéristiques sont nécessaires ? La réalisation d’une extension pose aussi la question de l’esthétique globale du projet et la problématique de la volumétrie : comment se raccorder de façon élégante sur l’existant. Va-t-on jouer la fusion en restant dans la logique de l’existant ou créer un volume qui tranche ? 

 

Pour vous assister et créer avec vous un projet sur mesure, au-dessus ou en dessous des 150m² réglementaires, l’architecte ou le maître d’œuvre vous fera des propositions qui synthétiseront l’ensemble des aspects de la problématique « extension ». Cette extension peut être en ossature bois ou en maçonnerie.

PARTAGE :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous aimerez aussi

Plus que jamais, le jardin est une pièce de la maison
Lapeyre, la qualité réservée à tous
Votre terrasse en voit de toutes les couleurs
Quand cuisine et décoration vont de pair
Bientôt… des maisons imprimées en 3D
Un jardin se pense en termes de fonctionnalités
previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
Slider
0
N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x